L’interculturalité dans les opérations militaires par Nathalie RUFFIE aux Editions du Cygne

1couv_ruffieL’année 2013-2014 a vu la sélection de trois mémoires pour publication dans la collection géo-sécurité. Après l’ouvrage de Julie BABIN, c’est au tour de Nathalie RUFFIE de publier sur un sujet original et peu couvert dans la littérature stratégique en langue française.

Archéologue de formation, son analyse de l’apport des sciences sociales aux opérations contemporaines est révélatrice de la mutation profonde des outils militaires occidentaux. Le général François CHAUVANCY, spécialiste du domaine, l’a aidé dans l’orientation de ses travaux, comme le Colonel Franck FLAUBADIER du Centre Interarmées des Actions sur l’Environnement (CIAE).

Les facteurs humains et sociaux sont aujourd’hui une donnée essentielle dans la planification et l’exécution des conflits. Ils furent pertinents dans les expériences passées (Malaisie, Viet Nam, Algérie, etc.) mais ayant été vécus comme de mauvaises expériences par les puissances occidentales, ils furent mis de côté. Les théâtres irakiens et afghans ont remis au goût du jour et ont fini d’institutionnaliser la doctrine de contre-insurrection dans laquelle la place de la population, la compréhension et l’atteinte de ses perceptions sont des objectifs primordiaux. 
Ce livre traite des modalités d’actions et les relations qu’entretiennent alors les forces en présence avec les différents acteurs locaux. Tout en gardant la puissance de feu comme nécessaire à l’engagement des forces, d’autres éléments comme la diplomatie, l’économie, la religion, etc. sont dorénavant pris en compte sur l’échiquier stratégique des interventions. L’argument principal étant que la mauvaise perception des traits ethniques, religieux, sociaux des populations peut avoir des répercussions dramatiques sur la mission. 
Actuellement, il est possible d’affirmer que les Etats-Unis ont pris en compte, et tentent d’améliorer cette prise de conscience, en ce qui concerne l’environnement humain des opérations. 
Que ce soit la mise en place de programmes spécifiques socioculturels adaptés aux terrains, la formation et l’entrainement des soldats avant projection ou encore les interactions avec les milieux informatiques, ce livre s’efforce d’analyser les moyens et les connaissances institutionnels américains créés à partir de cette prise de conscience.

Après un master 2 recherche en Sciences Humaines et Sociales (mention Archéologie) à la Sorbonne Paris 1 et un master 2 Professionnel en Géopolitique et Sécurité Internationale ) l’Institut Catholique de Paris, Nathalie RUFFIE à participer à une étude pour le compte du Ministère de la défense sur le thème des entreprises de sécurité et de défense (ESSD), grâce à un stage à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS). En décembre 2014, elle participe à l’organisation de la première édition du Forum International de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique avec la Compagnie Européenne d’Intelligence Stratégique (CEIS) et la FRS. A la suite de cette expérience réussie, elle rejoint l’équipe CEIS en qualité de consultante « opérations spéciales » en mars 2015.

Nathalie RUFFIE, L’interculturalité dans les opérations militaires : Le cas américain en Irak et en Afghanistan, Préface du Général François CHAUVANCY et entretien avec le Colonel Franck FAUBLADIER du CIAE, 14 x 21 cm, 138 pages, 14,00 €

Pour commander en ligne : http://www.editionsducygne.com/editions-du-cygne-interculturalite-operations-militaires.html

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.