A l’écoute d’une ONG centrafricaine de médiation – développement : le GECED

Monsieur Jean-Christophe ROBEMBE

Monsieur Jean-Christophe ROBEMBE

En dépit des vicissitudes et des drames qui secouent la République Centrafricaine, certaines initiatives méritent attention. En effet, parmi les conséquences les plus directes de la guerre civile actuellement en cours, figure l’impossibilité pour des organisations non gouvernementales centrafricaines d’opérer normalement. Etre à l’écoute des bonnes volontés crédibles est le moins que l’on puisse faire pour tenter de relancer des organismes qui ont fait leur preuve par le passé.

Le Groupe d’Etudes Conseils en Entreprenariat et Développement (GECED) est une association déclarée d’utilité publique en 1996, disposant du statut d’ONG auprès des autorités centrafricaines depuis juillet 2012. Créée par Monsieur Jean-Christophe ROBEMBE, l’association a rempli les missions suivantes :

  • Etude et conseil pour les autorités centrafricaines dans les domaines de la stabilisation et du développement ou à destination des opérateurs étrangers (entreprises, ONG) impliquées dans ces domaines ;
  • Montage de projets et suivi de programme sectoriels de développement économique local en partenariat avec des donateurs ou des financiers internationaux ;
  • Développement, diffusion et formation « aux meilleures pratiques » dans les activités suivies par des publications.

La stratégie du GECED : implantation, médiation, construction

Lors d’un récent entretien, le créateur de l’association a précisé les idées directrices qui guident le redémarrage de l’organisation pour les mois à venir. Je lui laisse la parole.

Question – Monsieur le Président, quelles sont les raisons qui vous ont poussé à créer le GECED en 1996 ? Pensez-vous qu’elles soient encore valables aujourd’hui avec les événements en cours en RCA ?

Réponse de Monsieur Jean-Christophe ROBEMBE – « Nous avons créé le GECED pour pallier au déficit des structures d’encadrement des organisations paysannes qui ont quitté le pays après les mutineries de 1996 et l’absence de l’administration publique qui se fait sentir à l’époque sur le territoire.  Aussi, il faut noter que la  fragilité politique du pays, la déficience de ses infrastructures de base et le climat des affaires délétère qui y prévaut représentent autant d’obstacles à la transformation structurelle de l’économie.  Par la suite,  nous avons décidé avec certains collaborateurs de prendre notre responsabilité de créer le GECED  pour trouver une réponse à ce blocage.  Aujourd’hui ces raisons sont encore valables, vu que le pays traverse encore une crise et qu’il y a menace de la partition du pays.

Ainsi, le GECED  s’inscrit dans l’agenda des actions de la communauté internationale pour contribuer à stabiliser le pays et relancer le processus de développement économique et social  dans les zones affectées ».

Question – Quelles sont les réalisations du GECED dont vous êtes le plus fiers ?

« Plusieurs actions ont été mises en place dans la durée :

    • Le partenariat avec SCHLUTER TRADING S.A. (Nyon, Suisse). Le GECED a développé une stratégie de la promotion des coopératives de café pour valoriser un produit de qualité biologique dans la préfecture de la Mambéré Kadéi de la République Centrafricaine ; précisément dans les sous-préfectures de Carnot, Berberati, Amadagaza et Dédé-Mokouba de 1998 à 2002. Nous comptons dupliquer cette expérience dans les zones de Nord-Ouest et Nord-Est afin de réduire la pauvreté et l’exode rural, dès que les circonstances le permettront ;
    • L’encadrement de toutes les coopératives des artisans miniers de Carnot et l’organisation   de la bourse de diamant avec les professionnels miniers (collecteurs, bureaux d’achat de diamants et or et le Ministère des Mines) depuis 2004 ;
    • Le GECED a organisé plusieurs fois la formation des agents de développement ruraux en régions de savanes dénommée (PDSV) à Bouar qui encadrent les maraichers à Baoro en 2006 ;
    • Enfin, la formation et sensibilisation des élèves et étudiants dans la lutte contre le sida à Bangui en 2009- 2010″.

Question – Comment concevez-vous le redémarrage du groupe dans la situation actuelle ?

« D’ici juillet 2014, le GECED va relancer ses activités à Bangui par l’organisation d’un séminaire atelier pendant deux jours portant sur le Thème : Réconciliation nationale et dialogue pour le vivre ensemble Seront invités des ONG nationales, des représentants des mouvements en conflits, des organisations de la jeunesse et des confessions religieuses. Seront aussi conviés les organismes internationaux accrédités auprès des Pouvoirs publics. Les recommandations issues de cet atelier seront proposées au Gouvernement comme une vision axée sur un projet de stabilisation générale de la Centrafrique.

Une attention particulière concerne le Nord-Ouest et Nord-Est : deux régions constituant un réel problème. Avec l’appui de partenaires, le GECED va contribuer à mettre en place une stratégie de suivi de l’évolution des déplacés. Pour cela, nous allons travailler avec toutes les parties prenantes (ONG, ce qui reste de la société civile sur place…) qui peuvent à un moment ou à un autre s’investir dans ces zones. Nous disposons pour cela de réseaux et de la connaissance du terrain.

Enfin, nous envisageons de mettre notre expertise à la disposition des autorités nationales des élections en vue de faciliter la transparence dans le processus électoral, en tant qu’observateurs ».

Question – Parlez-nous de vos collaborateurs. Qui sont-ils ?

« Notre objectif et notre priorité sont d’avoir une relation de confiance et un service irréprochable auprès de tous nos partenaires. Pour ce faire l’ensemble du personnel est en permanence à l’écoute. Le groupe reste à une taille humaine. Cela permet d’avoir un interlocuteur identifié, une proximité et une réactivité absolument nécessaire dans le cadre du partenariat client / cabinet d’étude à partir duquel les différentes demandes sont instruites. La spécificité de notre domaine d’intervention réside, avant tout, en son incroyable diversité : diversité des services que nous rendons ; des partenaires que nous assistons ; donc diversité des équipes.

En plus de nos connaissances et expériences et quand cela s’avère nécessaire, nous n’hésitons pas à faire appel à des spécialistes sélectionnés pour leur sérieux et leur professionnalisme. L’équipe peut traiter des dossiers « récurrents » nécessitant une intervention périodique parfois mensuelle, trimestrielle ou annuelle. Elle peut intégrer des compétences additionnelles à partir d’un vivier de professionnels qui ne demandent aujourd’hui qu’à être sollicités.  Les collaborateurs sont (en dehors de votre serviteur et par ordre alphabétique) Mesdames et Messieurs  :

    • BELMON kamachi (ingénieur-géologue, spécialiste en télédétection) ;
    • BOBOSSI SERENGBE Gustave (professeur pédiatre, ancien-Recteur de l’Université de Bangui, aujourd’hui au Sénégal) ;
    • BONDA Bernard (juriste, Institut de Relations Internationales du Cameroun) ;
    • BORAH Delphine (technicien en économie familiale) ;
    • BOULALA Patrick (biochimiste, Université du Burkina-Faso) ;
    • MACKANVE BEDOUA Ismaël  (historien, Université Yaoundé I, Cameroun) ;
    • MBOUNOU Bonaventure Crépin (sociologue, Conservatoire national d’arts et de métiers, Paris, Institut de Management Public et de Gouvernance Territoriale, Aix-en-Provence) ;
    • NZOKO Régis  (comptable, Université de Bangui) ;
    • REGOBENGLI Régis (ingénieur-géologue, Université de Bangui) ;
    • ROBEMBE Patrice (anthropologue, Université de Bangui) ;
    • TELENGOU Marcel (ingénieur des travaux publics, Université de Bangui) ;
    • ZOKO Télesphore (économiste, Université de Yaoundé I, Cameroun) ».

La coopération Master 2 GSI – GECED : un blog de suivi de la stabilisation en RCA

Le Master GSI, avec ses modestes moyens et compétences, souhaite soutenir la relance du GECED. Nous organiserons donc des activités et des échanges dans les mois à venir sur les thèmes d’intérêt communs. Les « étudiants-analystes » de la promotion 2014-2015  y seront étroitement associés dans le cadre de leurs projets professionnels.

La première initiative concerne la création d’un blog avec les collaborateurs du GECED pour suivre les activités et les progrès de la stabilisation en République Centrafricaine.  Celui-ci sera activé, dès la rentrée prochaine.

Il ne me reste qu’à remercier Monsieur ROBEMBE pour la conférence professionnelle présentée devant la promotion et les quelques échanges à l’origine de ce billet.

Pour tout contact direct avec le GECED : robembejch@yahoo.fr

Publicités
Cet article, publié dans Actualité géopolitique, Afrique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.