Marine nationale et dissuasion (conférence professionnelle 3 du CESM)

Le CC LEBAS et le CV BONDIL du CESM

Le CC LEBAS et le CV BONDIL du CESM

A la suite de la conférence sur l’action de l’Etat en mer, il était tout à fait logique de réserver une place à la question des armes nucléaires et de la dissuasion, puisque la Marine nationale se voit confier l’entretien et la mise en œuvre opérationnelle de la composante stratégique balistique et d’une partie de la composante aéroportée, partagée avec l’armée de l’air.

Jusqu’à un très récent passé, la question semblait démodée et réservée à quelques techno-spécialistes d’un coté et aux partisans de la dénucléarisation de l’autre. Dans les deux cas, une infime minorité de la population. Les récentes affaires d’Ukraine et de Crimée nous rappellent qu’il existe encore une autre puissance nucléaire sur le continent et que son jeu n’est pas toujours amical. La question reprend donc de l’intérêt.

Le 25 février 2014, le Capitaine de Vaisseau BONDIL et le Capitaine de Corvette LEBAS du CESM sont donc intervenus pour présenter deux aspects de la question nucléaire : la théorie de la dissuasion ; une description des systèmes mis en œuvre pour la servir (Sous-marins nucléaires lanceur d’engins – SNLE et missiles balistiques).

Théorie de la dissuasion : une présentation dense par Colomban LEBAS

Le premier intervenant est un universitaire bien connu des spécialistes des domaines nucléaire et de la prolifération. Chercheur associé au Centre de géostratégie de l’ENS-Ulm, il est aussi maître de conférences à l’Institut d’Etudes Politiques Paris. En qualité d’officier de réserve dans la Marine, il assure la tâche de chef de la section Académique du CESM. Son exposé s’est attaché à couvrir l’ensemble de la question. On imagine donc bien la difficulté à faire passer le message à destination d’un public non averti.

Le conférencier s’est d’abord attaché à présenter quelques caractéristiques techniques des armes nucléaires, avant de rappeler la problématique internationale qui prévalait lors de la constitution et du développement de l’arsenal français de la dissuasion. La démonstration s’est ensuite concentrée sur les mécanismes psychologiques de la stratégie éponyme : la théorie des jeux ; l’approche par les dommages inacceptables ; les conditions techniques et politiques requises pour asseoir la crédibilité de l’outil nucléaire.

La dernière partie de l’exposé concernait les adaptations post-guerre froide avec le développement des technologies antimissiles et surtout la diversification des menaces dites « asymétriques » ne relevant pas de la logique nucléaire. S’est donc posée naturellement la question de la pertinence du maintien de cet appareillage à un moment ou la guerre ne semble plus faire partie des politiques de sécurité internationale.

La Force Océanique Stratégique : voies et moyens par le CV BONDIL

L’exposé du Commandant BONDIL complétait la vision théorique par une présentation de la Force Océanique Stratégique (FOST) de la Marine nationale. L’organigramme, les missions ont été esquissés, de même qu’un rappel sur l’existence de la seconde composante nucléaire aéroportée partagée avec l’armée de l’air. Mais l’essentiel de la présentation s’est concentrée sur le couple SNLE-missiles balistiques. L’intervenant a souligné l’extrême complexité prévalant dans la fabrication et le soutien opérationnel de ces systèmes. Un SNLE à la mer, cela représente un investissement de 2 milliards d’Euros pièce. Le rôle des hommes et des équipages a aussi fait l’objet de développements sur les contraintes peu connues de service et la vie à bord. La dimension humaine n’était donc pas exempte d’une session très technique dans l’ensemble.

Au final, ces deux prestations ont eu le mérite de faire comprendre aux futurs analystes la singularité de la question nucléaire et d’ouvrir des perspectives sur d’autres thèmes, tels que les risques liés à la prolifération ou les perspectives réelles d’un désarmement nucléaire mondial négocié. Sans doute, l’objet d’autres conférences à venir ?

Pour en savoir plus en quelques clics :

Publicités
Cet article, publié dans Centre d'études stratégiques de la Marine, Conférences professionnelles, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.