Conflits humains et stratégies non-violentes : études de cas (conférence professionnelle)

Un auditoire attentif et interrogatif

Avec la conférence à caractère professionnel de Monsieur Serge Perrin, du Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN), s’achève l’étude de la gestion des conflits par des modes d’action non-violente. L’intervention a eu lieu le 26 novembre dans les locaux de la Faculté.

Le conférencier a tout d’abord présenté un historique de l’activisme non-violent, basant son propos sur l’étude de cas en Inde et aux Etats-Unis. Le développement de la rationalité opérationnelle des stratégies de gestion des conflits humains a mis en lumière l’importance de la création d’un rapport de force psychologique favorable dans l’organisation de la lutte par des moyens non-violents. L’application d’une méthode de raisonnement et de planification de l’action est aussi apparue comme un élément critique à ne jamais mésestimer. Monsieur Perrin n’a pas manqué d’illustrer ses propos par une longue expérience personnelle, riche de convictions. Le MAN est, en effet, une organisation qui a pris part à de nombreux débats de société en France et à l’étranger dans les domaines du nucléaire civil et militaire, des bio-technologies, à l’occasion de conflits armés à l’étranger (Ex-Yougoslavie notamment). Ceci a donné lieu à un échange intéressant avec la salle.

Le propos didactique et concret a permis aussi de toucher les limites de l’action non-violente et de comprendre ce qu’elle n’était pas. A cet égard, l’exposé fut l’occasion de lever bien des inexactitudes et des malentendus.

Cet aperçu n’a pas, bien entendu, épuisé la question. J’invite donc le lecteur curieux à consulter le site du Mouvement pour une alternative non-Violente et à se faire sa propre idée sur une approche souvent méconnue ou mal interprétée.

Publicités
Cet article, publié dans Conférences professionnelles, Vie du Master, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.